Drouin, l’homme derrière le Calvados!

Au Québec, les mois de Septembre et Octobre riment avec les pommes ! Avec ce fruit «défendu», vient bien sur un lot incroyable de produits dérivés autant dans une assiette que dans un verre. L’un des magnifiques produits que l’on peut retrouver dans notre verre est bien sur le Calvados. Qu’est-ce qu’un Calvados ? On parle ici d’une eau de vie (brandy) fait à base de cidre ou de poiré. Ah… Il est aussi important de mentionner que cela doit être fait en Normandie ! Le Calvados a actuellement trois (3) sous-appellations. Vous avez le Calvados, le Calvados Pays D’Auge ainsi que le Calvados Domfrontais ! Chacune de ces sous-appellations a bien sûr son lot de réglementations. Par exemple, le Calvados Pays d’Auge doit absolument être fait avec un cidre contenant un maximum de 30% de poires, il doit absolument être double distillé à l’intérieur d’un alambic charentais et il doit aussi subir une maturation minimum de deux (2) ans. Pour ce qui est du Calvados Domfrontais, il faut comprendre que le sol de la région domfrontaise n’est pas favorable aux pommiers. Ayant une grande présence de roches, les poiriers sont favorables sur ce terroir. C’est d’ailleurs pour cette raison que le Calvados Domfrontais doit contenir un minimum de 30% de poire ! De plus, il doit être distillé une fois seulement à l’intérieur d’une colonne et il doit subir un minimum de trois (3) ans de maturation. Bien sûr, tout comme le Cognac et l’Armagnac, le cahier de charges de ces sous-appellations est énorme. Ci-dessus, vous avez donc les grands points, ceux qui jouent un rôle incroyable dans le produit final. Déjà en quelques lignes, vous en conviendrez que le Calvados semble être un univers fascinant ! Il le sera davantage lorsque je vous partagerai mon entretien avec nul autre que Christian Drouin, un producteur grandement respecté qui touche aux trois (3) sous appellation, mais aussi un «homme» tout simplement remarquable ! Ci-dessous, vous y trouverez son histoire, sa famille, ses entreprises et bien sûr, ces produits !

Christian Drouin

Christian Drouin

Alambic ambulant

Alambic ambulant

Dès les premiers mots prononcés j’ai vite remarqué que M. Drouin avait un très bel attachement pour le Québec, surtout Montréal. Il m’expliquait que ses enfants, Guillaume et Florence, ont vu le jour dans notre magnifique province. M. Drouin était jeune. Son père, avait fait l’achat d’une ferme, voire un verger, dans le secteur de Pays d’Auge. Avec ce verger, son père se développa un «hobby» avec la pomme. Il y avait la conception de certains fertilisants, mais il y avait plus encore. Étant amateur de cigares et de bons vins, le père fit appel à un distillateur ambulant afin de faire la distillation de quelques cidres. Après tout, il n’y connaissait absolument rien ! Il fit la rencontre d’un certain Pierre Pivet, un distillateur ambulant d’une grande renommée. M. Drouin et lui formèrent équipe et créèrent ensemble plus de vingt (20) ans de réserve.  Pendant, ce temps, entre 1971 et 1973, Christian Drouin était à Montréal afin de compléter des études au HEC. Suite à ses études, M. Drouin occupa différents postes à travers de grandes entreprises et enseigna les finances à l’intérieur de «la belle province». En 1979, le choix déchirant se présente à lui et sa femme. Rester au Québec et y faire grandir la famille ou rentrer à la maison pour que la famille soit soudée plus que jamais ? Ils choisirent la deuxième option. Dès son retour en Normandie, M. Drouin embarqua dans les affaires familiales. Malgré la formation qu’il a suivi avec M. Pivet, M. Christian Drouin admet que les premières années n’étaient pas faciles. Vraiment pas facile ! Il me mentionnait qu'à un certain moment, il en était presque découragé. Mais à un certain moment, il prit son courage à deux (2) mains et il tenta le tout pour le tout. Il demanda une rencontre avec nul autre que le vice-président responsable des référencements Relais et Château. Ce dernier tomba sous le charme des produits. À un point tel que les produits de la maison se sont retrouvés dans les établissements de ces Relais et Château. Il m'expliquait aussi l'une de ses grandes fiertés alors qu'un restaurateur lui avait refusé une rencontre/essaie. L'attitude de ce dernier a complétement changé après qu'il ai dégusté les produits de M. Drouin dans un établissement trois (3) étoiles Michelin. Ce restaurateur c'est mis à louanger les produits Drouin. D'ailleurs, ces louages se sont mises à provenir de tous les côtés et de plusieurs grands noms de l’industrie. Les produits se sont mis à être disponible un peu partout à travers le globe. Christian Drouin gagna une notoriété tout simplement remarquable.

Vers 1990/1992, une belle opportunité se présenta à la famille Drouin. Celle d’acquérir les chais du Verger Normand, producteur du Calvados Louis de Lauriston. La famille de Louis de Lauriston accepta de leur céder l'utilisation du nom à la condition que ne soient proposés à la vente que des produits d'excellence. En étant maintenant établie dans la région domfrontaise, Monsieur Drouin s'est rapidement fait offert une participation dans la réalisation de la sous-appellation domfrontaise. Cette dernière a d’ailleurs vu le jour en 1998.

Tout récemment, en 2016, la famille Drouin a perdu un ami, Monsieur Christian Lelouvier. Ce dernier, étant producteur de Calvados dans la région de Ferté-Maçé, n'avait malheureusement pas de succession pour le verge. De ce fait, la famille Drouin a répondu aux voeux de M. Lelouvier et a prit en charge cette magnifique maison.

Incroyable, non ? Il semble tout simplement infatigable ce Christian Drouin ! En fait, il n'est pas seul à réaliser tout cela. Il y a plusieurs employés, mais il a aussi un excellent partenaire d’affaires, son fils Guillaume. Guillaume travail principalement dans les chais des différentes maisons. Œnologue de profession, ce dernier n’avait aucun intérêt pour les spiritueux. Selon Guillaume, les spiritueux représentaient l’industrialisation des alcools. C’est après un mandat dans une magnifique entreprise de rhum, en Haïti, que Guillaume réalisa comment le monde des spiritueux peut être très artisanal. Comment l'eau-de-vie pouvait bel et bien être un produit tout aussi naturel que le vins. Après quelques années, il revint à la maison et fut nommé PDG du conseil en 2014. Aujourd’hui, Guillaume contrôle les différents assemblages des trois (3) maisons. Ah… Le père a toujours un grand rôle à jouer dans l'entreprise. Il s'occupe davantage des exports des maisons et met encore beaucoup de temps au vieillissement de la section Pays d'Auge, mais reste que Guillaume fait un boulot exceptionnel à contrôler le vieillissement et aussi à produire des produits hors pairs comme le Gin Christian Drouin, la Blanche Christian Drouin ainsi que toute la gamme Expression !

Guillaume Drouin

Guillaume Drouin

Même si cette famille donne l’impression d’être énorme en matière d’entreprise, il est important de noter que tout est encore fait de façon très «manuelle». La meilleure des exemples est au niveau de la distillation. La famille pourrait bel et bien faire appel à une méthode de coupes automatiques, mais dans le but d’avoir un maximum d’arôme et de complexité, elle préfère y aller manuellement. Que dire de l’embouteillage ? Malgré le fait que les produits des trois (3) maisons soient distribués dans plusieurs pays, tout l’embouteillage et étiquetage se fait à la main. C’est d’ailleurs l’une des belles fiertés de M. Christian Drouin. Cependant, la plus grande fierté de ce grand créateur de Calvados est sans contredit le savoir-faire de la famille Drouin. Ce savoir-faire que son père a su acquérir. Ce savoir-faire qu’il a lui-même gagné. Ce savoir-faire que son fils manie d’une façon incroyable. Ce savoir-faire qui se fait voir à l’intérieur du vieillissement des eaux-de-vie et qui se fait aussi voir dans l’assemblage. Selon M. Drouin, le vieillissement est définitivement la clé du succès pour le Calvados. Il faut offrir un amour inconditionnel aux fûts et même au chai entier. Il m’expliquait que lors d’une présentation à la SAQ, le laboratoire avait identifié plus de cent cinquante (150) arômes à l’intérieur du quinze (15) ans ! Cela est le résultat d’un savoir-faire unique que les chais de la famille Drouin peuvent bénéficier.

Une partie du chai

Une partie du chai

Alambic chez Drouin

Alambic chez Drouin

Au Québec, nous avons actuellement quelques produits de la gamme Christian Drouin ainsi que de la gamme Lauriston. Mais si vous voyagez à travers le globe, vous pourrez en trouver davantage. Des produits faits par le père de M. Drouin, par Christian Drouin lui-même, mais aussi par son fils Guillaume ! Quand je dis que Drouin est l'homme derrière le Calvados... Je ne parle pas d'un individu en particulier, mais bel et bien de l'ensemble !

Vous avez dégusté l’un des produits ? Commentez ce billet avec vos impressions !

En compagnie de M. Christian Drouin

En compagnie de M. Christian Drouin

Pommiers chez Drouin

Pommiers chez Drouin

Click Here to Leave a Comment Below

Philippe Sauzedde - septembre 25, 2017

Tres bel article bravo !

En effet Christian Drouin et son fils Guillaume sont deux hommes remarquables y compris leurs épouses respectives.

Connaissant Christian depuis plus de trente ans, m’occupant de la Confrérie du Trou Normand, des Calvados. Cidre et Pommeau depuis 19 ans en tant qu’Ambassadeur au Japon ( 600 confrères à ce jour ) je ne peux que saluer le travail de ces deux hommes et vous assurez que les Japonais prennent de plus en plus goût à leurs excellents produits que ce soit Calvados, Cidre, Pommeau, Blanche de Normandie et le nouveau ne LE GIN !

Cet article mérite d’être également rédige en anglais pour atteindre un maximum d’amateurs de ces bons produits à travers le monde.

Je finirai par remercier Pierre Pivet le 1er distillateur ambulant de la maison Drouin en lui donnant rendez-vous pour mon dernier repos dans plusieurs années à Gonneville sur Honfleur afin de continuer à m’amuser éternellement…….avec ou sans Calvados …..

Philippe Sauzedde
Tokyo Japon

Reply
    Yan Aubé - septembre 25, 2017

    Monsieur Sauzedde !

    En premier lieu, j’aimerais vous remercier pour ces beaux mots à l’égards de Monsieur Drouin ! En effet, il s’agit d’un homme exceptionnel ! Je vois biens que le tout se transmet aussi au niveau de la famille et c’est de toute beauté ! En deuxième lieu, je vous remercie vraiment des commentaires au sujet de l’article. Cela me va droit au coeur !

    Bien à vous,

    Yan Aubé

    Reply
Philippe Sauzedde - septembre 25, 2017

Monsieur Aube ,

Je vous en prie !
Ce fut un réel plaisir d’écrire ces quelques lignes malgré l’heure matinale Japonaise
ou j’ai édité mes commentaires .
Vous même et la famille Drouin ne méritent que ces bonnes paroles j’en suis convaincu .

Bien à vous .

Philippe Sauzedde

Reply
Leave a Reply: