Gin St-Laurent: Un trésor dans les bas fonds du fleuve!

Cette semaine, ma femme et moi célébrons notre anniversaire de mariage. De ce fait, j'ai décidé de vous présenter le spiritueux favoris de ‘’La Madame’’ – le gin! Et pas n'importe lequel! Je vous présente le gin St. Laurent! Un gin hors de l’ordinaire qui vous donnera envie de naviguer toute la journée sur le St-Laurent et ce, sans le moindre naufrage!

Le gin St. Laurent est fabriqué par la jeune Distillerie St. Laurent située à Rimouski. Cette distillerie est le résultat d’un dur labeur de la part de deux jeunes entrepreneurs, Joel, (l’Amiral) et Jean François (Capitaine) qui sont à tous les jours accompagnés de Dr. Darwin, un joli Golden Retriever lunatique... Bref vous voyez bien le genre de cet équipage! L'aventure a commencé il y a plus ou moins trois ans alors qu'ils se sont mis en tête de construire des spiritueux ''improbables'' à partir du terroir de cette magnifique région qu'est Rimouski. Ce que j’adore de cette distillerie et de l’équipage est leur transparence et leur générosité à partager des informations que l’on croyait enfermer à tout jamais dans le coffre du Capitaine. Comme le dit si bien leur bouteille – Fier . Obstiné . Indépendant – et le tout se voit, se sent, mais se goûte dans leur premier mandat qu’est le gin St. Laurent.

Ce gin est construit à l'aide d'une double distillation de dix botaniques dans un petit alambic de 380 litres. On peut donc dire que c’est de très petits lots! Bien sûr, ils utilisent des botaniques ''signatures'' aux différents gins tels que la baie de genièvre, la coriandre, la racine d'angélique, les écorces de citrons et d'oranges amères. Mais là où tout se gâte, c'est avec de l'écorce de casse (cannelle), des baies de cubèbes et bien sûr... L'élément incroyable et unique, des algues laminaires! Des algues qui sont cueillies à la main directement dans le fleuve! (Je me demande si c’est Dr. Darwin qui effectue la cueillette…) Fait intéressant est que la distillerie laisse macérer les algues pendant quelques jours.

Un produit qui, encore une fois, est unique. Non seulement il offre une belle robe légèrement verdâtre (à peine visible selon le lot de votre bouteille), mais aussi un bouquet d’aromates plus que mystérieux et intéressant. Un des rares gins québécois qui peut facilement être dégusté à son état brut et ce, malgré son 43% d’alcool/volume. Mais je dois admettre qu’il peut tellement, mais tellement être agréable à intégrer dans différents cocktails surtout avec un simple Gin & Tonic.

Avec des notes sauvages et pinèdes, avec des notes un peu plus pâtissière avec la cannelle et le poivre, mais plus particulièrement avec ce côté anisé et même salin qu'on a à l'intérieur, ce gin est encore une fois de toute beauté!

Pour ma part, c’est que j’appelle un gin de table. Un gin qui peut très bien se présenter avec différents fruits de mer grâce à son coté salin et anisé mais qui peut aussi très bien s’agencer à une excellente salade digne de notre terroir.

Ah... C'est sérieusement un excellent produit! Surtout qu'il se tire à plus ou moins 48.25$ et il est PARTOUT dans nos SAQ! Comme j’ai hâte de déguster leur whisky ainsi que leurs autres produits. Avec l’audace qu’ils ont mis dans ce gin, j’ose imaginer les autres produits de cette magnifique distillerie. Mais pour l’instant, je vous rappelle la beauté de ce gin St. Laurent. Un gin qui saura plaire à tout bon capitaine et son équipage. Mais attention aux sirènes, elles peuvent être voraces!

Plus tôt je vous mentionnais à quel point les membres de cette équipe étaient généreux. En voici la preuve à travers une petite entrevue que m'a accordé Joel Pelletier.


ENTREVUE

YAN AUBÉ - Pourquoi s'être lancé dans la micro distillation?

JOEL PELLETIER - J'ai fait la connaissance de Jean-François il y a quatre ans. L’amitié fut instantané entre les deux et on a commencé à picoler avec des bons rhums, scotch, mezcal et autres types d’alcool. En buvant un bon verre, nous nous sommes demandé pourquoi on en savait aussi peu sur la fabrication de spiritueux au Québec. On s'est alors intéressé à la distillation. On lisait tous les livres, sites web et/ou forums sur le sujet. À un point tel qu’en 2013, je suis allé faire un atelier à la distillerie Koval de Chicago. C'est vraiment à cet instant précis que le choix s'est fait dans ma tête. D’autant plus que j’ai été témoin du boom incroyable de la micro distillation aux États-Unis. Je me suis dit "Wow! Il faut amener tout ça au Québec!". Pendant ce temps, Jean-François s'est construit un petit alambic en cuivre de 15 litres de style ‘’Pot Still’’. (On ne l'a utilisé que pour faire des huiles essentielles bien sûr!). Donc, l'histoire de la distillerie a débuté par une passion et une curiosité pour les spiritueux qui s'est ensuite transformée en projet d'affaire, mais surtout… Oui surtout en une belle "bromance" entre Jean-François et moi!

YAN AUBÉ - Si tout était à refaire, dis-moi ce que vous feriez de différent.

JOEL PELLETIER - On s'est vraiment lancé comme des cowboys! On n'avait pas un sous et comme tu peux comprendre, le financement a été plus que difficile à trouver. D’autant plus qu’on n'avait que très peu d'expérience en matière de distillation. Mais, nous sommes vraiment entêtés et fonceurs. On croyait en notre projet plus que tout au monde. Je ne sais pas trop qu'est-ce qu'on aurait pu faire de différent. Pour avoir du financement, il fallait prouver aux bailleurs de fonds qu'on pouvait réussir à créer un bon spiritueux et à le rentrer sur les tablettes de la SAQ. On a donc pas eu autre choix que de commencer vraiment petit pour prouver le potentiel de notre projet. On a choisi de démarrer la distillerie le plus rapidement possible pour se positionner parmi les pionniers au Québec, et ce même si le contexte n'était pas très favorable.

YAN AUBÉ - La chose la plus incroyable dans vos journées?

JOEL PELLETIER - La liberté tout simplement. Avoir carte blanche sur le développement autant au niveau de la marque, des recettes, de la culture de notre entreprise et/ou simplement sur le choix de la musique qu’on met à fond dans la distillerie. Avoir le choix de guider notre barque dans la direction qu'on veut, tel un vrai capitaine, c'est vraiment super!

YAN AUBÉ - La chose la plus difficile dans vos journées?

JOEL PELLETIER – Comme tu t’en doute, il y a toujours une part d'incertitude en affaire. Est-ce que les ventes de gin vont s'essouffler? Est-ce que la municipalité va mettre un cadenas dans la porte parce qu’on ne se conforme pas assez rapidement aux différentes normes que l’on nous impose? Est-ce qu'on va manquer de liquidités pour acheter la prochaine commande de 20 000 bouteilles? Mais, en général on est assez confiant et l'humeur à la distillerie est vraiment bonne!

YAN AUBÉ - Votre plus grand fierté à ce jour?

JOEL PELLETIER – De partir d'une idée folle qui germe dans sa tête et de concrétiser cette idée malgré les embuches et les difficultés, c'est quelque chose d'extrêmement gratifiant. On n'a pas fondé la distillerie pour faire de l'argent. Jean-François et moi avions de bons emplois dans notre ‘’ancienne’’ vie. On s'est lancé dans l'aventure parce qu'on croit qu'on a tout ce qu'il faut, ici au Québec, pour développer des spiritueux de classe mondiale. On n'est pour l'instant qu'un minuscule grain de sable dans l'univers des spiritueux, mais de voir la réaction des gens face à notre produit donne raison à notre choix de vie mais donne surtout une fierté incomparable.

YAN AUBÉ - Scoop pour le futur?

JOEL PELLETIER – Simplement la Phase 2 du projet! Un alambic (système de conception) de 1,000 litres question d’augmenter la production du gin. Et bien sur la concrétisation de notre rêve – produire un whisky fièrement bâti à partir du terroir du Bas-Saint-Laurent !

Joel Pelletier

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: