McAuslan’s Progression

De plus en plus de spiritueux voient le jour au Québec et ce, avec quelques variantes afin de combler le plus grand nombre de consommateurs possible. L’industrie de la distillation bat son plein sur le terroir de la fleur de lys! D’ailleurs, voilà qu’une gamme de petits nouveaux voit le jour et ce, avec une vision très intéressante. Je vous présente le «Progression 1 – New Make de Rye» ainsi que le «Holy Smoke! Gin» de nul autre que Peter McAuslan! Ce nom vous sonne familier? C'est normal et en voici les raisons.

M. McAuslan a été l’un des grands pionniers dans l’univers de la bière, en 1988, avec la création de la Brasserie McAuslan (Bières le Griffon & St-Ambroise). C’est d’ailleurs durant cette aventure, en 1992, qu’il fit la rencontre d’un certain Jean-François Théorêt, aujourd’hui co-fondateur de la Brasserie & Distillerie Oshlag. C’est aussi avec ce Jean-François que Peter partagea son grand amour pour le whiskey/scotch. «Je ne peux te dire le nombre de fois que j’ai visité l’Écosse et l’Irlande! Oui c’est un terroir riche et fascinant pour la bière, mais d’avantage pour le scotch et le whiskey!» me disait Peter. Alors en 2013, lorsque la brasserie passa entre les mains de Les Brasseurs RJ, M. McAuslan décida de s’intéresser d’avantage à un plan qu’il avait en tête depuis 2007, celui de distiller. «Jean-François (Théorêt) me parlait souvent du projet de la distillerie. J’admets que le tout m’apportait à réfléchir. Moi, étant un amoureux de whisky, je voulais m’amuser un peu!» Mais, il ne fit pas le grand saut immédiatement. Avant de se lancer dans la distillation, Peter a même regardé pour investir dans une distillerie en Écosse et/ou Irlande. «Le dossier était intéressant. Il y avait plusieurs potentiels. Mais malgré mon âge, j’avais une grande envie de me salir les mains. Je ne voulais pas être un simple investisseur. Je voulais être un créateur. Je voulais être un artisan comme je l’étais avec la bière.» De ce fait, Peter a entamé les discussions avec le groupe d’Oshlag afin de voir comment une certaine collaboration pouvait se faire. «Pourquoi m’affilier avec Oshlag plutôt que d’avoir mon bâtiment et mes équipements? Been there done that, comme on le dit si bien! J’ai eu la chance de bâtir une très belle entreprise il y a quelques années. Ceci étant dit, je suis parfaitement au courant des hauts et des bas que l’on peut avoir lors d’une telle aventure. D’ailleurs, le tout peut être extrêmement long. J’ai soixante et onze (71) ans. Je voulais m’amuser dès aujourd’hui, pas dans dix (10) ans. Je ne voulais pas me casser la tête. Mais l'une des plus grandes raisons de cette décision est au niveau de les entrepreneurs derrière Oshlag! Ils sont tout simplement incroyables! Ils m’offrent un énorme support. Ils sont brillant sur le comment faire avancer l’industrie. Je ne pouvais passer à côté d’une si belle occasion.» Alors, la collaboration a débutée et ce, de brillante façon. La gamme de produits McAuslan est née.

L’objectif de cet amoureux de scotch et whiskey était, bien sûr, d’offrir un whisky du Québec, mais les réalités sont ce qu’elles sont. Il a donc décidé de sortir un gin dès le début, le «Holy Smoke! Gin». La particularité de ce gin est qu’il contient, outre les botaniques traditionnelles, une belle quantité d’houblon cascade de la maison/ferme familiale. Ce dernier est macéré à l’intérieur d’un alcool à grain neutre avec des baies de genièvres, de la coriandre, des écorces de citrons, racines d’angéliques et plus encore. Par la suite, la distillation se fait tout en infusant un panier de botaniques qui contient quelques-unes des botaniques mentionnées ci-dessus. Avec des notes d’agrumes (citron et même pamplemousse), il se caractérise par une finale fumée très intéressante!

Outre le gin, M. McAuslan a aussi décidé de sortir le Progression 1 – New Make de Rye. En effet, on ne parle pas ici d’un whisky. On parle ici d’une eau-de-vie de seigle (cru et malté) qui a passée prêt de trois (3) mois à l’intérieur d’un fût ayant préalablement contenue du rye whisky. D'ailleurs, ce spiritueux dégage fortement les arômes d'un jeune rye. D'avantage sur les épices que sur le bois. Peter ne le cache pas. Il offre ce produit en importation privée seulement à titre d’éducation. À titre expérimental. Son objectif est de démontrer aux curieux l’influence fascinante du bois sur certains spiritueux. D’ailleurs, le dossier de la barrique a toujours été une grande fascination pour cet entrepreneur. Il me racontait les essais et les lectures qu’il effectuait il y a déjà plus de vingt (20) ans. Il me racontait les morceaux de fûts de bourbon qu’il laissait macéré dans de la stout. Bref, c’est l’objectif avec ce Progression 1!

Pourquoi le seigle plutôt que l’orge? Il est vrai qu’il aurait été agréable, pour un amoureux de scotch, de travailler l’orge. Mais au Québec, l’orge ne pousse pas aussi bien que le seigle et il était important pour Peter d’encourager l’industrie locale. Peut-être un Progression d’orge malté dans le futur, mais pour l’instant, aucune promesse!

Pour terminer, j’ai demandé à M. McAuslan ce qu’il pensait de l’industrie des spiritueux au Québec. S’il croit que la jeunesse actuelle fait bien d’investir dans ce genre de projet ou bien est-ce une industrie qui se dirige vers une saturation? «Tu parles tout de même à un entrepreneur qui en a vu de toutes les couleurs dans l’univers de la micro brasserie. Aujourd’hui, cette dernière industrie est phénoménale! Le consommateur veut boire locale alors l’industrie s’organise d’une très belle façon afin qu’il y en a pour tous les goûts. Il est vrai que l’industrie de la bière est plus accessible que celle des spiritueux, mais il faut simplement prendre une bonne approche et, comme tu le fais, éduquer les consommateurs!»

Vous pouvez vous procurer les produits de M. McAuslan ainsi que ceux d'Oshlag directement via
Transbroue, en importation privée.

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: