On jase… Avec Alexandre Vingtier!

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de recevoir un collègue, mais avant tout un ami, Alexandre Vingtier, afin que l’on puisse travailler sur divers projets communs. Avant d’aller plus loin, qui est cet Alexandre Vingtier? Alexandre est un expert en spiritueux de renommée internationale, consultant, auteur et juré lors de nombreuses compétitions de spiritueux françaises et internationales. Il travaille aussi bien avec des producteurs, appellations, chefs, barmen, sommeliers et même des nez. Il a visité plusieurs centaines de distilleries et producteurs à travers le monde et déguste plusieurs milliers de spiritueux chaque année. Il a notamment écrit Iconic Whisky (La Martinière, novembre 2015), 120 rhums à découvrir (Dunod, 2e edition en avril 2016) et Whisky l'indispensable (Flammarion, 2009). Ses livres ont été traduits en anglais, allemand, néerlandais, italien, russe et chinois avec plus de 100 000 exemplaires vendus à travers le monde. Il est aussi le rédacteur en chef du très célèbre Rumporter, le magazine de la culture rhum, et il collabore à la Revue du Vin de France, M le magazine du Monde ou encore scotchwhisky.com après avoir été le rédacteur en chef de Whisky Magazine & Fine Spirits. Certifié Cognac Educator, il anime des conférences, dégustations et food pairings pour le compte du Bureau Nation Interprofessionnel du Cognac dans le monde entier. Il est également ambassadeur de la Scotch Malt Whisky Society en France.

Comme vous pouvez voir, cet Alexandre est une encyclopédie incroyable en matière de spiritueux. Nous avons donc décidé de faire une tournée à travers le Québec et l'Ontario. Bien sur cette tournée avait pour but d'enrichir nos connaissances à travers de nouvelles découvertes mais aussi de nous rendre sur le terrain dans le but d’éduquer les consommateurs sur divers spiritueux qui leurs sont disponibles. Au menu? Une dégustation de scotch & whisky dans la magnifique ville de Québec et Gatineau, une superbe dégustation de rhum à Gatineau et Montréal, une visite dans quelques distilleries et bien sur des ateliers à l'unique Bulles, Whisky & Cie de Montréal! Une semaine mémorable et fortement enrichissante!

Lors de ces longues heures de route, j'en ai profité pour poser quelques questions à Alexandre. Quand le spécialiste rencontre l'expert!

On jase… Avec Alexandre Vingtier!

YAN AUBÉ – Alexandre Vingtier! Alors qu’est-ce qu’on boit?

ALEXANDRE VINGTIER – Pour la cause, j’y vais pour un coup de cœur que tu m’as fait connaitre, le Gin St-Laurent!

YAN AUBÉ – Tu dois avoir plusieurs spiritueux favoris… Mais si tu avais à en choisir qu’un seul, permet-moi de te demander lequel?

ALEXANDRE VINGTIER – Whisky, rhum, cognac, mezcal, baijiu... Je cherche toujours de nouveaux spiritueux, de nouvelles catégories, je ne reste pas dans mes pantoufles et me confronte toujours à de nouveaux horizons ou des créations inédites. N'en choisir qu'un seul serait contradictoire avec ma passion des spiritueux, mais disons une bouteille de calvados de production familiale (donc très ancienne).

YAN AUBÉ – On te connait pour tes livres sur les rhums ainsi que sur les Whiskys. Pourquoi ne pas avoir fait de livre encore sur ton spiritueux chouchou comme le cognac, calvados ou le mezcal?

ALEXANDRE VINGTIER – Vouloir écrire des livres est chose, arriver à être publié une autre et enfin bien vendre ses livres, rencontrer un véritable public est extrêmement rare. Les éditeurs sont encore frileux, le marché des livres sur les spiritueux est naissant, à côté des livres de vins, bières et cocktails. J'écris pour mes lecteurs avant tout et non pour moi-même. J'aime bien partir des fondamentaux, la dégustation et les produits, pour ensuite faire découvrir toutes les cultures et enjeux qui se cachent derrière un spiritueux. Après deux livres sur le whisky et un sur le rhum, mon prochain livre portera sur les spiritueux français car nous avons une immense diversité avec 3000 distilleries actives dans presque toutes les catégories de spiritueux et que l'on assiste à un regain d'intérêt local et global pour ces spiritueux artisanaux.

YAN AUBÉ – Pour toi Alex, un spiritueux c’est en apéro ou en digestif?

ALEXANDRE VINGTIER – Pour moi, un spiritueux peut se déguster avant, pendant ou après le repas. La culture du vin a réussi à cloisonner les spiritueux aux deux bouts du repas dans nos contrées grâce à une construction politique et culturelle alors que si l'on regarde ailleurs dans le monde et autrefois dans notre culture, on se rend compte qu'un spiritueux n'est pas à exclure de la table, bien au contraire... On réalise de formidables accords culinaires avec des fromages comme le roquefort ou la viande comme le pigeon.

YAN AUBÉ – Peu de gens connaissent ton histoire fascinante et plus qu’intéressante. En quelques lignes puis-je me permettre de te demander comment est arrivé ton grand amour avec les spiritueux?

ALEXANDRE VINGTIER – Ce n'est pas un héritage familial, mes parents et grands-parents consomment très peu de boissons alcoolisées. J'ai perçu les spiritueux comme une bibliothèque de saveurs et une ouverture sur le monde, une culture incontournable, puis cela a été un coup de cœur pour un single malt écossais, Oban 14 ans, puis Linkwood et Caol Ila, l'irlandais Redbreast 12 ans ou le bourbon Blanton's qui ont transformé cette culture en passion.

YAN AUBÉ – Tu as rencontré l’industrie des spiritueux au Québec, qu’en penses-tu?

ALEXANDRE VINGTIER – Il y a définitivement énormément de contraintes pour ne pas dire un certain archaïsme hérité de la prohibition, donc une absence de traditions et de transmission générationnelle contrairement à l'Europe. Néanmoins, ces distilleries du 21e siècle possèdent de bons équipements très polyvalents et il est facile d'aller se former aux USA ou en Europe et d'en apprendre quotidiennement sur Internet ou dans des livres. Bref c'est plus qu'une nouvelle génération de distillateurs une nouvelle approche de la distillation qui au final permet une grande créativité. Aussi les ingrédients du terroir québécois sont incroyables en termes de saveurs (même si les bleuets n'ont pas la richesse de nos myrtilles hehe) qui permettent aux spiritueux québécois de se démarquer, notamment les gins.

YAN AUBÉ – Tu as eu un coup de cœur en matière de spiritueux du Québec et/ou du Canada?

ALEXANDRE VINGTIER – Je pense immédiatement à l'excellent gin Saint-Laurent, qui a su parfaitement dosé les algues et donné un profil unique à son gin. L'essence de rye de la Maison Sivo est également des plus prometteurs, sans oublier le rhum Leatherback d'Ottawa.

YAN AUBÉ - La SAQ a dévoilé qu'en 2015, les ventes des spiritueux ont atteint un sommet incroyable en égalisant presque celles des vins rouges. Qu'en penses-tu?

ALEXANDRE VINGTIER – Cela ne m'étonne pas. On voit un dynamisme et un intérêt très fort pour les spiritueux, que ce soit au niveau des entrepreneurs (distillateurs, barmen, organisateurs d’événements) que des consommateurs, notamment des clubs de whisky et de rhum (à quand celui du gin?). Et les médias aiment parler de ces histoires, ce qui est plus difficile chez nous... Au final, c'est un bon cocktail car il y a une énergie très positive!

YAN AUBÉ – Des scoops pour le futur cher Alex?

ALEXANDRE VINGTIER – Un nouveau numéro de Rumporter dans quelques semaines, un livre sur les spiritueux français au printemps et d'autres livres à suivre à partir de la rentrée 2017! D'ici là de nombreux voyages pour découvrir de nouveaux producteurs et peut-être une prochaine visite au Québec!

Je tiens encore à remercier Alexandre de son temps, de sa patience et surtout de sa générosité. 

Les livres d'Alexandre sont disponibles dans le réseau de certains libraires à travers le Canada. Voici les liens pour mieux en apprendre sur les œuvres d'Alexandre.
Whisky l'IndispensableIconic Whisky120 Rhums à DécouvrirRumporter

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: