Patron Perfectionists, la perfection taillée à la main!

Au cours de la dernière semaine, j’ai eu le privilège d’être juge pour la superbe compétition Patron Perfectionists. Créée il y a quelques années afin de mettre en valeur les tequilas Patron, cette compétition qui rassemble les plus grands de l’industrie, effectuait un arrêt à Montréal. Bien sûr, plusieurs événements se font voir à travers les quatre (4) coins du globe et ce, pour trouver la perfection à travers divers terroirs, à travers diverses cultures, mais aussi à travers différentes personnalités. Par la suite, les meilleurs se retrouvent à l’Hacienda Patron à Jalisco, au Mexique. C’est à cet endroit que l’on détermine le «Patron Perfectionist»! Titre que le gagnant pourra fièrement ajouter à son curriculum vitae.

Le Royal, en mode Patron Perfectionists

Le Royal, en mode Patron Perfectionists

Avant d’aller plus loin sur la description de cette compétition, parlons un peu du tequila Patron. Cette superbe maison située au cœur de Jalisco, est sans contredit l’une des plus grandes maisons de tequilas. Malgré le fait que son nom soit grandement connu à travers le globe, cette entreprise fondée en 1989 est tout de même très artisanale et surtout très dévouée à l’industrie du tequila. Fait avec 100% d’agaves bleus, il faut avant tout comprendre que Patron n’effectue aucune production d’agave. En fait, elle achète les agaves de différents ranchs à travers la région et ce, avec l’un des plus grands respects de l’industrie. Comment se fait voir ce respect? C’est simple. Même si nous sommes en 2017, il n’existe pas encore de machinerie pour planter, entretenir et même cueillir l’agave. Tout est fait de façon manuel par les employés (jimadors) de divers ranchs. Ceci étant dit, Patron s’implique grandement à l’intérieur de tout le processus. La maison assure la qualité des agaves en rendant visite à ses producteurs d’agaves. La vie n’est pas facile pour ces producteurs. Un agave peut facilement prendre de huit (8) à quatorze (14) ans avant d’être prêt. De ce fait, Patron aide les ranchs à offrir un maximum d’amour aux agaves en leurs fournissant divers équipements. Cela permet aux jimadors de consacrer tout leur temps à la production d’un agave de qualité au lieu d’avoir un second emploi pour l’achat ou l’entretien d’équipements. De plus, afin d’assurer la meilleure sélection des agaves, la maison paie beaucoup plus du kilo. Cela leur permet d’avoir le premier choix. Lorsque ce choix est fait, les agaves sont acheminés à l’Hacienda afin de subir le bon vieux traitement d’antan! Ils sont d’abord coupés et cuits dans un four pendant plus de trois (3) jours afin d’avoir un maximum de sucre. Une fois bien cuit, le tout est écrasé de deux (2) façons. Pour les versions régulières, certains types de broyeurs sont utilisés. Cependant, pour les versions Roca, la maison Patron utilise la méthode «tahona» avec une pierre volcanique de plus de deux (2) tonnes. Un procédé très artisanal et surtout très rustique qui maximise l’extrait du jus. Suite à l’un de ces deux (2) procédés, la fermentation se fait d’une brillante façon pendant plus de soixante-douze (72) heures. Par la suite, vient la distillation à l’intérieur d’un alambic. Dans certains cas, un vieillissement peut se faire voir et ce, selon le type de Patron. Le travail artisanal ne s’arrête pas là. Même les bouteilles de Patron sont faites à la main tout comme l’étiquetage et l’embouteillage. Un travail manuel qui continu alors que les plus grands mixologues/bartenders utilisent leur plus grand talent pour vous offrir la perfection selon Patron! Cette perfection était effectivement au rendez-vous lors de la compétition qui se tenait au prestigieux Le Royal de Montréal le 23 Août dernier.

Le Royal, encore une fois en mode Patron Perfectionists

Le Royal, encore une fois en mode Patron Perfectionists

Nous avons tous une vision ou une opinion différente du mot «perfection». Pour Patron, la perfection contient son tequila. La perfection est visuellement magnifique par son esthétique. La perfection met en valeur une histoire rattachée à une création. Et pour terminer, la perfection est aussi reliée à la performance du créateur. Ceci étant dit, nous devions donc juger l’apparence, l’originalité, le service ainsi que les saveurs que ces huit (8) bartenders de l’édition du Québec nous présentaient. Pour bien juger le tout, j’étais accompagné de nul autre que Brian Sullivan de Patron ainsi que de Kevin Demers de l’établissement The Coldroom. Heureusement, nous étions plusieurs puisque la tâche aurait été grandement difficile à un seul juge.

Prêt pour la compétition ?

Prêt pour la compétition ?

Le premier participant, Antoine Vendette du Barraca de Montréal, nous a présenté l’El Dolbo Loco. Cet hommage aux gens de Dolbeau Mistassini était composé du Patron Silver, de jus de pamplemousse, de sirop de bleuet et cèdre fumé ainsi que de quelques traits d’amer. Le tout servit dans un verre fumé de façon très ingénieuse. Par la suite, nous avons eu droit à un cocktail «nordique» avec le Siempre de Simone Mérette du Restaurant Barroco de Montréal. À l’intérieur de ce cocktail, nous avions le Patron Silver, asperge des mers, teinture d'estragon, miel ainsi que l’Aquavit d’Okanagan Spirit. Un cocktail très rafraîchissant dans lequel l’anis était très présent.

El Dolbo Loco par Antoine Vendette

El Dolbo Loco par Antoine Vendette

Vint ensuite le Strawberry Point de Samuel Turp du Garde-Manger de Montréal. Aussi construit avec le Patron Silver, nous pouvions aussi retrouver du Campari, de l’extrait de fraise du Québec, zeste de citron ainsi quelques traits d’amer. Le quatrième participant, Vincent Luquet du Foiegwa de Montréal, nous a fait vivre un très beau mélange entre sa culture (Bretagne) ainsi que celle du Mexique avec son cocktail Ker Casa. Pour la première fois, nous avions droit au Patron Reposado. Celui-ci était merveilleusement agencée à du Suze infusé au cumin, à du miel, jus de lime ainsi qu’à un blanc d’œuf. Le «finish» de ce cocktail était nul autre qu’un spray de scotch tourbé. Avec une présentation unique qui incluait un petit biscuit, ce cocktail était très aromatique et surtout très goûteux.

Ker Casa par Vincent Luquet

Ker Casa par Vincent Luquet

La ville de Québec était aussi très bien représentée dans cette compétition avec Maxime St-Germain de La Champagnerie. Son cocktail, l’Orlean’s Island Luxury, contenait le Patron Silver, du vinaigre de cassis infusé de pommes spartans, de miel et bien sûr… De champagne! Un très beau cocktail. La première gorgée était très champagne. Par contre, dès la deuxième, nous avions droit à un très beau mélange de saveurs. Au niveau du sixième participant, Alyssa Shahin du Clockroom de Montréal nous présentait You’ll Be Eating Out Of My Hands. Servie dans une orange vide et congelée, ce cocktail contenait le Patron Silver, du jus de citron, fraises écrasées, du miel infusé à l’écorce d’orange et un blanc d’œuf. Dans ce cocktail, l’agrume était grandement au rendez-vous. Le cocktail parfait pour une journée chaude d’été.

You'll Be Eating Out Of My Hands par Alyssa Shahin

You'll Be Eating Out Of My Hands par Alyssa Shahin

L’avant dernier participant, Maximilien Jean de l’établissement Le Royal de Montréal, est resté dans la pure simplicité. Patron Silver, vin de glace et verjus. Le tout mélangé d’une brillante façon et servit dans un verre dans lequel il terminait avec une petite mousse unique contenait les ingrédient de base. Pour la première fois de la compétition, nous avions droit au goût unique de la Patron. La dernière présentation appartenait à Sabrina Mailhot du Coldroom de Montréal. C’est à travers une ambiance de chalet extrêmement réussite que Sabrina nous a décrit son histoire et son cocktail qui contenait le Patron Anejo accompagné de jus d’ananas grillés, sirop de miel et d’érable salé, jus de lime et liqueur de pin. Avec ce cocktail, j’avais grandement l’impression d’être à l’intérieur d’une cabana mexicaine!

El Cosecha par Sabrina Mailhot

El Cosecha par Sabrina Mailhot

«Ok Yan… Mais le ou la gagnante?» En troisième position, Maxime St-Germain. En deuxième position, Sabrina Mailhot. En première position… (Roulement de tambours) Maximilien Jean! Tel que mentionné, le tout n’était pas facile! Cependant, ce dernier a effectivement utilisé une sacrée belle originalité en nous offrant un cocktail goûteux en tequila, mais en nous proposant des ingrédients aussi simples et beaux que le vin de glace et le verjus.

Orlean's Island Luxury par Maxime St-Germain

Orlean's Island Luxury par Maxime St-Germain

En terminant, j'aimerais grandement souligner l'énorme talent que nous avons au Québec en matière de mixologie et de cocktails. Clairement, nous n'avons rien à envier aux autres communautés de cocktail. Brian Sullivan, de la maison Patron l'a mentionné à maintes reprises. Le Québec a mis la barre très haute au niveau de cette compétition! Un énorme bravo à tous ceux et celles qui ont soumis leurs cocktails pour la compétition dont les huit (8) merveilleux finalistes présents à Le Royal!

Je tiens aussi à souligner le travail phénoménal de Southern Glazer Wine & Spirit. Ils ont réussi à concevoir cette édition d'une brillante façon!  Sur ce, lequel des superbes cocktails mentionnés ci-dessus choisiriez vous pour bien terminer votre soirée? 

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: