Quand tout s’arrange!

C’était un beau soir d’Octobre 2014. J’étais devant la télé avec mon fils et c’est alors que j'ai reçu un message d’un certain Cédric Brément. Ce dernier me posa quelques questions concernant l’industrie des spiritueux et de leurs distributions au Québec et je me suis fait un réel plaisir de lui répondre du mieux que je le pouvais. Il me partagea d’ailleurs son rêve de voir ses produits distribués au Québec et voir même ailleurs au Canada. Il n’a donc pas pris de temps, à travers nos différentes discussions, qu’une sincère amitié soit créée. Immédiatement, Cédric et moi avons débuté une certaine collaboration et certaines études sur comment nous pourrions présenter ces produits ici au Québec. Un fait intéressant est que j’étais alors en pleine rédaction de mon plan d’affaire pour un projet. J’y ai donc vu une belle opportunité d’aller chercher une certaine expertise en créant une petite entreprise de distributions privées, dédiée à aider de petits fournisseurs comme ce sympathique Français. De ce fait, j’ai donc accomplie toutes les tâches requises afin d’amener certains de ses produits chez nous, au Québec.

En Aout 2015, presque une année après les premiers échanges, les bouteilles arrivent enfin à l’entrepôt de la SAQ. Au menu, trois saveurs soient Bananes/Cacao, Ananas Victoria ainsi que Fraises/Goyaviers. Les bouteilles, magnifiques, sont parties comme des petits pains chauds. Les consommateurs ainsi que les restaurateurs apprécient la beauté des bouteilles, mais apprécient aussi la qualité et la fraîcheur des produits. C’est une belle aventure qui s’annonça plus qu’intéressant. Nous avons d'ailleurs effectué le processus nécessaire afin que ses produits soient accessibles à tous, sur les tablettes de la SAQ – Processus long, complexe et dispendieux.

Non seulement la relation d’affaire entre Cédric et moi grandit, mais l’amitié aussi. Heureusement! Puisqu’au moment d’une nouvelle commande, une jolie brique nous tombe sur la tête avec un magnifique mémo de la SAQ concernant la quantité réelle du liquide à l’intérieur de la bouteille. Les exigences de la SAQ sont relativement complexes. À un point tel qu’un certain découragement s'empara de moi. Il est vrai qu’à l’époque, je travaillais déjà à la conception de cette plateforme web ainsi que plusieurs autres projets au même moment. J’ai donc pris la décision de mettre ce dossier de côté et ce, à travers plusieurs discussion avec mon ami Cédric. La bonne nouvelle est que Cédric est encore sur la bonne voie afin d’être officiellement sur les tablettes de la SAQ avec différents contacts, chose que je ne pouvais malheureusement plus accomplir.

Cette semaine, Cédric célèbre le 5ième anniversaire de son entreprise Les Rhums de Ced et j’ai envie de partager un brin de son histoire avec vous. À la fois simple et compliquée, c’est une histoire extraordinaire d’une passion et d’un rêve.

Le tout remonte aux débuts des années 2000 alors que Cédric, ignorant et inconnue du milieu des alcools, effectuait ces études en tant qu’ingénieur agro-alimentaire. Bien sûr, qui dit étudiant universitaire dit aussi ‘’beuverie’’! Mais dans le cas de Cédric, tout ça se passe avec différents types de rhums qu’il mélangeait avec du cola et jus d’orange. À travers le temps, Cédric se posa certaines questions sur différents méthodes de consommer, mais se rappela surtout la bonne vieille tradition de son grand paternel… Le Ti’Punch! Il se posa donc la question sur comment consommer son alcool favoris, le rhum, de façon simple et efficace.

Il a donc cherché un concept qui pouvait répondre à son questionnement et a vite tombé sur celui du Ti’Arrangé. Il s’est donc mis à en produire pour le simple plaisir et consommation personnelle. D’autant plus qu’il pouvait y mettre son expérience en tant que pro agro-alimentaire.

À travers le temps, à travers les mois et les années, plusieurs personnes pouvaient déguster ses différents produits dans diverses soirées et/ou événements. De fil en aiguille, il a approfondi de plus en plus les recettes en fonctionne des retours et des commentaires de ses proches et/ou amis. À un point tel que de plus en plus de personnes se sont mis à le solliciter afin d’acheter ses produits pour consommation personnelle ou simplement pour offrir en cadeau.

Cédric mit plus de temps et ce de jour en jour, à la conception, aux recherches et aux développements de différentes recettes et ce, avec toutes les responsabilités qu’il avait déjà (Joueur de basketball, la femme, la famille, son travail régulier). Au moment où l’épuisement est arrivée, en Septembre 2012, il a pris l’audacieuse décision de tout lâcher et de lancer ‘’Les Rhums de Ced’’.

Aujourd’hui, Les Rhums de Ced est beaucoup plus qu’une simple entreprise. C’est aussi une magnifique aventure familiale. C’est aussi une entreprise dans laquelle la main d’œuvre est primordiale pour la qualité du produit. Pouvez-vous croire que les fruits sont coupés à la main par différents membres de l’équipe? Un travail ardu et un travail complexe qui offre une qualité hors pairs dans l’industrie. Et bien sûr, avec les médailles et récompenses que ses produits accumulent, vous comprendrez que la demande est incroyable et ce, non seulement à travers l’Europe mais aussi à travers divers pays.

Il y a quelques semaines, Cédric était de passage au Québec pour de simples vacances en famille. J’ai eu l’honneur de l’accueillir chez moi et de m’entretenir avec lui.

YAN AUBÉ - Vous connaissez un peu le marché du Québec... Est-ce que la réalité de la France est tout aussi difficile?
CÉDRIC BRÉMENT - Le commerce est toujours difficile – il faut se battre. Je trouve cependant que le marché Québécois est plus compliqué du fait qu’il faut être autorisé pour y rentrer par la SAQ. En France, rentre quasiment qui veut….

YAN AUBÉ - Chose que vous feriez de différents, si tout était à refaire?
CÉDRIC BRÉMENT - Pas que tout se soit bien passé, ce serait te mentir! Mais une chose est sûr c’est que l’aventure que je suis en train de vivre est tout simplement extraordinaire. Elle m’a permis de rencontrer des personnes très intéressantes que je n’aurai jamais pu rencontrer autrement et encore il y en a tant d’autres à découvrir. Elle me permet aussi de découvrir d’autres cultures et c’est hyper enrichissant, nous avons tant à apprendre des autres.

YAN AUBÉ - La chose la plus incroyable dans vos journées.
CÉDRIC BRÉMENT - Le matin quand j’arrive à l’atelier et que je vois le jour se lever. Vous pouvez vous moquez ça fait fleur bleue mais quel plaisir – c’est un nouveau jour qui démarre pour continuer cette aventure.

YAN AUBÉ - La chose la plus difficile dans vos journées?
CÉDRIC BRÉMENT - Le temps! Je n’ai pas assez de temps pour tous les projets qui me trottent dans la tête mais faisons chaque chose en son temps et de manière réfléchie.

YAN AUBÉ - Votre plus grand fierté à ce jour?
CÉDRIC BRÉMENT - La première récompense obtenue qui est une médaille sur L’Ananas Victoria en 2013 au Concours Générale Agricole. Ce fut la première et la première a toujours une saveur toute particulière. Et d’apparaître dans le livre « 120 Rhums » d’Alexandre Vingtier. Être sélectionné pour y apparaître est une récompense énorme face au travail effectué.

YAN AUBÉ - Scoop pour le futur?
CÉDRIC BRÉMENT - Mon rôle de cuisinier ne fait que commencer! L’univers rhum est très riche en idée donc il devrait y avoir des surprises d’ici quelques mois/années.

YAN AUBÉ - Pour terminer, outre les Ti'Arrangés de Ced, qu'est-ce qu'on boit?
CÉDRIC BRÉMENT - Je ne dirai pas qu’est ce qu’on boit mais avec qui on le boit et comment peut-on le partager au mieux. Les spiritueux offrent un spirit/esprit de partage et de plaisir. Mais pour la cause, mon péché mignon est un bon Ti’Punch au rhum agricole.

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: